• Bonne nuit les petits - la musique qui trotte dans la tête

    Infos trouvées sur le site :

    http://mtcn.free.fr/lyrics/que-ne-suis-je-fougere.php?lng=fr

    Et pour celles et ceux qui veulent la partition, elle peut être imprimée, via ledit site.

     

    Les Tendres Souhaits (ou Les Souhaits, ou « Que ne suis-je la fougère... »)
    Poème Charles-Henri Ribouté, musique Antoine Albanese ? Giovanni Battista Pergolesi ?

    L’origine du timbre de cette romance sentimentale, qui apparaît dès le XIIIe siècle dans toute l’Occitanie, est incertaine. L’opus 26 Introduction et variations de Ferdinando Carulli (1770-1841), daté de 1801 (ou 1811 ?), serait extrait de l’œuvre de Giovanni Battista Pergolesi (1710-1736), dont la mélodie figure dans La Clé du caveau sous le n° 490. Antoine Albanese (1729/1731-1800), s’il en est l’auteur, aurait pu composer la mélodie vers 1770. On trouve parfois la mention de Jean-Jacques Rousseau (1712-1778), qui était également musicien et compositeur.

    Né en 1729 (ou 1731) à Albano, ville d’Italie dont il porte le nom, Égide Joseph Ignace Antoine Albanèse devient l’élève d’une école de musique à Naples, puis il se fixe à Paris. Chanteur castrat soprano à la chapelle du roi et aux concerts spirituels qui ont été donnés aux Tuileries (de 1752 à 1762) sous le règne de Louis XV, il fut un compositeur d’airs et de romances à la mode. Attaché à la musique du roi pendant une trentaine d’années, il obtint en 1774 une « survivance » assortie d’une pension de 2 000 livres. Il a donné un dernier concert aux Tuileries en 1788. Albanèse meurt en 1800.

    Ce timbre a été décliné en de nombreuses versions, anciennes :
       - vaudevilles, parodies, brunettes (BNF, Vm7 499, ms. fr, fin XVIIIe siècle) ;
       - Chansons choisies avec les airs notés, 1782 ;
       - Charles Doisy, Six pots-pourris, 1805, airs arrangés et variés pour guitare ;
       - nombreux cantiques :
    O soñjal en hon pec’hejoù (Bretagne), Au sang qu’un Dieu va répandre (Limoux) ;
       - chansons enfantines (Quand l’hiver, etc.) ou traditionnelles (À vos chants j’unirai ma voix, etc.) ;
       - etc.
    et modernes : c’est l’air du générique de fin de l’émission TV
    Bonne nuit, les petits que joue le marchand de sable quand il s’en va après avoir répandu son sable.

    1er couplet
    Que ne suis-je la fougère
    Où, sur la fin d'un beau jour,
    Se repose ma bergère
    Sous la garde de l'amour ?
    Que ne suis-je le zéphyre (1)
    Qui raffraîchit ses appas (2),
    L'air que sa bouche respire,
    La fleur qui naît sous ses pas ?

    2e couplet
    Que ne suis-je l'onde pure
    Qui la reçoit dans son sein ?
    Que ne suis-je la parure
    Qui la couvre après le bain ?
    Que ne suis-je cette glace,
    Où son minois (3) répété
    Offre à nos yeux une grâce
    Qui sourit à la beauté ?

    3e couplet
    Que ne puis-je, par un songe,
    Tenir son cœur enchanté ?
    Que ne puis-je du mensonge
    Passer à la vérité ?
    Les dieux qui m'ont donné l'être (4)
    M'ont fait trop ambitieux,
    Car enfin je voudrais être
    Tout ce qui plaît à ses yeux !

    (1) Ou zéphyr, du grec zephuros, vent doux et agréable qui souffle de l'occident.
    (2) Pluriel de appât, désignant les charmes physiques d'une femme.
    (3) On rencontre parfois miroir, pour image ?
    (4) On rencontre parfois « qui m'ont donné d'être ».


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :